Environnement

Les sociétés minières sont régies par plus de 100 lois, règlements et normes en matière environnementale, amenant un encadrement serré des activités en sol québécois. Au-delà de cet encadrement, l’environnement est au cœur des préoccupations de l’industrie minière québécoise qui mise sur l’innovation pour développer de nouvelles techniques d'exploration et d’exploitation des gisements qui permettent de limiter l’empreinte de ses activités sur le milieu, de l’ouverture de la mine jusqu’à sa fermeture et à la restauration du site.

Réaménagement et restauration des sites miniers

Tout comme la population, l’industrie minière ne veut plus de sites miniers abandonnés. C’est pourquoi elle a appuyé la mesure rendant les sociétés responsables de 100 % de la restauration des sites et les obligeant à déposer 100 % de la garantie financière permettant de couvrir les coûts liés à la restauration. Il est donc dorénavant impossible qu’une entreprise minière cesse ses activités et laisse aux Québécois le fardeau de restaurer et réaménager son site.

De plus, avant de recevoir son bail minier permettant l’exploitation du gisement, l’entreprise minière devra avoir vu son plan de réaménagement et de restauration approuvé par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques. C’est donc dire qu’avant même de débuter l’exploitation, la compagnie doit déjà avoir pensé à la façon dont elle fermera son site à la fin de la vie de la mine. Tout au long du cycle de vie, la société minière réévalue ses besoins et procède à une mise à jour aux cinq ans pour s’assurer que le plan de restauration est toujours valide et représentatif des travaux en cours à la mine.

L’Association minière du Québec, certains de ses membres et d’autres acteurs du secteur minier appuient financièrement le Fonds Restor-Action Nunavik qui vise à restaurer des sites d’exploration minière abandonnés dans le Nord québécois. Pour consulter le rapport d'activité 2014-2015 du Fonds, cliquez ici.

Gestion de l'eau

Agnico (Goldex) Service L'environnement (3)

La gestion de l’eau est une préoccupation de tous les instants dans l’industrie minière. La gestion des effluents miniers diffère et évolue tout au long du cycle de vie d’un site minier, tout comme le programme de traitement et de suivi de la conformité des eaux. On doit notamment tenir compte dans ce programme du type de minerai extrait, des particularités de chaque site minier (ex. : extraction du minerai avec ou sans traitement, présence ou non d’une aire d’accumulation des résidus, présence ou non d’un système de traitement des eaux, etc.) de même que du statut d’opération du site (en exploitation, en postexploitation ou en postrestauration). Peu importe le défi que représente la gestion des effluents miniers, l’industrie minière vise toujours à assurer la protection de l’environnement, des écosystèmes naturels et des populations environnantes.

Gestion des émissions atmosphériques

Les répercussions des activités minières sur la qualité de l’air sont surtout associées au rejet de particules dans l’air. Afin de minimiser ces rejets, l’industrie minière a mis en place des procédés et programmes de réduction à la source, de traitement, de contrôle et de suivi. Ces initiatives visent à contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air ambiant tout en répondant aux préoccupations sociales.

Gestion des sols

Carriere

Lors de l’extraction et de la transformation du minerai, des résidus miniers sont générés. Ces résidus sont généralement entreposés afin d’être réutilisés comme matériel pour la construction de chemins et de digues ou comme matériel de remblai lors de la restauration du site minier. La réutilisation de résidus miniers permet d’éviter l’utilisation de sable et gravier et de diminuer l’empreinte environnementale. De plus, les sociétés minières contribuent à diminuer leurs impacts sur l’environnement et à remettre dans leur état naturel les sols qui ont été perturbés lors de leur passage.

Biodiversité

L’exploitation minière peut avoir des répercussions sur les espèces fauniques en raison de l’altération des habitats. On observe parfois certaines espèces fauniques être attirées par les sites miniers, qui peuvent constituer des milieux de vie temporaires ou permanents, selon les types de milieux utilisés. Ainsi, il n’est pas rare de voir la présence d’espèces fauniques dans les bassins de polissage, les parcs à résidus, les ouvertures minières et aux pourtours d’un site minier. Comme quoi l’activité minière peut coexister avec la nature.